VTT dans les Vosges (partie 3/3)

Etape 5 : Rupt-sur-Moselle. Petit rappel : je devais quitter les Hautes-Vosges pour gagner Remiremont et sa région, la patrie de notre champion Julien Absalon. Or, arrivé à l’Office de Tourisme, pas moyen de trouver un camping sur place. Mes précédentes recherches sur internet pour préparer mon voyage étaient bel et bien sans résultats. Pas grave, j’avais repéré un petit camping dans les environs du côté de Rupt-sur-Moselle, et me voilà à quelques kilomètres au sud à Maxonchamp, un petit village au bord de la rivière Moselle (qui est encore assez petite en amont). Petit camping très modeste, mais bien loin des grosses routes bruyantes, avec des sanitaires récents… petits mais nickel et des voisins charmants qui m’ont bien aidé dans la préparation de mes futures randonnées et la recharge de mes divers appareils électriques.

Encore une fois bien tombé, j’étais encore plus content quand j’apprenais qu’une voie verte cyclable passait juste à côté et pouvait m’emmener tranquillement dans la ville voisine de Rupt où se trouvait le départ de 3 circuits rouges !!!

vue sur Rupt dans la descente du circuit 4

Pour débuter, j’ai choisi le 4 qui devait m’emmener vers le col de la Fourche. Bon, pas évident de trouver les balises pour le départ, et après quelques hésitations et quelques fausses pistes, je trouvais enfin la bonne voie pour m’amener jusqu’au sommet. Quelques passages dans les bois et me voilà au milieu de la cour d’une fermette… Où était la suite du tracé ??? Ce fut donc l’occasion de discuter pendant plus de 10 minutes avec le vieux couple qui y habitait. Me remettant sur le bon chemin, je continuais mon escalade. La descente fut du même acabit. Heureusement que sur la fin, je me retrouvais sur des passages plus sportifs et techniques. Hélas, j’ai réussi une dernière fois à me perdre, mais j’avais réussi à tracer la quasi-totalité du parcours… Oufff !

genre de chemin, style piste de ski de fond entrevu assez souvent hélas

Ne me décourageant pas, je choisis pour ma seconde randonnée à Rupt le circuit 6. Là, dès le départ au centre-ville, je cherche en vain les balises qui étaient censées m’emmener dans les hauteurs de la ville ! Ouahhhh, ça commençait fort !!!!!!!!!!! Grâce à la carte IGN que la proprio du camping m’avait gentiment prêtée, je puis repérer la bonne route à suivre. Quelques kilomètres plus loin, rebelote ! Je loupe encore des balises tandis que le parcours est aussi monotone à suivre. Seul un petit single dans un bois m’arrache quelques sourires…

enfin un single digne de ce nom ! la forêt vosgienne est souvent magnifique !

A mi-parcours, je croise deux vosgiens une fois de plus très sympathiques. On parle ensemble de mes petits malheurs et me conseillent quelques beaux passages, que je retrouverai fort heureusement dès le lendemain.

En effet, mon dernier circuit (le 5) fut sans aucun doute mon préféré de la région. Après un début très bitumé mais pour une fois bien balisé, je me retrouve rapidement dans des lieux très bucoliques et sauvages dont un étang de moyenne-montagne et sa cabane juxtaposée. Un plaisir pour les jambes, mais aussi pour les yeux !

un circuit très prometteur…

La suite est encore plus sportive dont une montée interminable avec moult cailloux bien casse-pattes qui m’embêteront à plusieurs reprises. En effet, les nombreuses pierres qui roulent sur la roue arrière en la faisant déraper se croisent hélas bien trop souvent. Avec la chaleur et la fatigue aidant, je dus mettre pieds à terre. Pas grave car le parcours est très plaisant. Ce sera aussi l’occasion de bien se désaltérer et reprendre quelques forces, ainsi que prendre quelques clichés, bien évidemment !

enfin en haut ! le paysage est toujours plaisant

Mon effort ne sera pas vain, car arrivé au sommet, le panorama est de toute beauté et me livre une vue splendide vers les ballons alsaciens et autres. La descente sera quant à elle très plaisante avec en point d’orgue un passage bien raide, mais très sauvage et technique à souhait qui me ravira malgré le fait que je réussis une fois de plus à louper les balises qui devaient me ramener au point de départ. Tant pis, je commençais à connaître la ville et je retrouvais assez facilement la voie verte qui coupe la cité.

une belle vue sur les monts alsaciens

Comme d’habitude, je suis allé voir l’Office de Tourisme pour faire mes “rapports” concernant les divers circuits testés lors de mon séjour. Le gars qui m’accueille est un randonneur pédestre qui connait sa région et m’aiguillera vers la dernière étape de mes pérégrinations vosgiennes. Pensant remonter vers le Nord, il me conseille plutôt le Sud pour aller découvrir le Plateau des Mille Etangs qui se trouve seulement à quelques dizaines de kilomètres de là… Alors pourquoi pas ?

L’après-midi fut en attendant assez chaud… Quelques cascades locales m’appelaient donc. J’irai faire une petite balade en forêt de Remirement en fin de journée quand la fraicheur sera à nouveau au rendez-vous.

le Géhard le Faymont

Après mon intermède aquatique, je voulais enfin découvrir la forêt remirementoise chère à Julien Absalon. Sur le parking, encore un coup de chance, car je rencontre deux joggeurs qui faisaient aussi du VTT et qui connaissaient bien les lieux. Ils me disent d’emprunter les chemins pédestres pour pouvoir bénéficier au maximum des quelques singles présents. J’ai bien fait de suivre leurs conseils et je me retrouve rapidement sur des traces très ludiques voire dangereuses à flanc de montagne… Tout ne sera pas comme ça et je finirai par (encore !) me tromper de balise (2 chemins différents avaient le même logo !). Voyant le soir arrivé, il fallait que je regagne au plus vite ma voiture. La dizaine de km parcourue fut néanmoins assez plaisante et me laissa quand même un bon souvenir, même si j’avais espéré plus de fun…

quelques beaux passages dans la forêt de Remiremont

Etape 6 : Mélisey. Partant avec le flyer du Circuit des Grilloux vanté par mon “conseiller”, je me retrouve à Mélisey dont le camping la Pierre apparaît dans mon Guide du Routard. Grand bien m’a pris, car j’allais me retrouver dans le meilleur endroit de mon expédition ! Une fois de plus, l’accueil est des plus chaleureux, la place est très à l’écart et les emplacements bien délimités et ombragés. Mes deux nuits seront bien évidemment très calmes, tandis que les sanitaires étaient au top. Mais le meilleur allait arrivé, car l’endroit avait été construit en 1981 par une association de copains du coin qui ont monté eux-mêmes ce campement qui allait être bien plus tard repris par la mairie pour devenir le camping municipal officiel de Mélisey. Arrivé samedi, j’ai même eu droit à un repas organisé par l’asso dont le Président était le cuisinier en chef. Il était évident que j’allais m’inscrire d’autant que je voyais déjà mon nom sur le tableau !!!! En fait, l’un des membres était un homonyme parfait de mon patronyme sommes toutes assez rare ! Je n’ai aucunement regretté, car le repas fut succulent (miam miam la sauce au Munster !!) et l’ambiance au top. Merci encore.

A noter enfin que le camping peut accueillir des groupes de cyclistes, en mettant à disposition leur cuisine, un espace pour réparer les vélos, des emplacements pour dormir et même un grand chapiteau pour se mettre à l’abri.

le pays “des 1000 étangs”

Quant aux circuits VTT, me direz-vous ? A l’accueil, on me conseilla d’abord le circuit bleu des Moulins de 24km qui passe justement pas loin d’ici. Je ne m’attendais pas à grand chose, mais en fait ce fut ma seconde randonnée préférée de mes vacances !!!! En effet, tout y était ! Tout d’abord, le fléchage (vérifié en avril par la personne qui s’occupe de l’Office de Tourisme local) était parfait. Je crois que ce fut le seul d’ailleurs avec zéro défaut (mis à part quelques flèches mises un peu trop loin de quelques bifurcations)… Ensuite, les passages étaient variés, sportifs, techniques, jamais ennuyeux et alternant les petites montées et les descentes. Enfin, le paysage au milieu des nombreux étangs (formés par un très ancien glacier) était splendide. Bref, je me suis régalé et j’avais le sourire du début à la fin.

 

L’après-midi, juste avant mon fameux souper, je voulais donc découvrir ce fameux circuit des Grilloux de 17km. Comme il avait facile et assez court, j’allais m’arrêter voir le Saut de l’Ognon (sans le “i”), qui se trouvait juste avant. L’accès y est assez facile, mais la petite chute est hélas très décevante. Cela manque de naturel avec le barrage artificiel qui gâche le paysage… Tant pis.

un saut peu visible de l’aire panoramique…

Bon, il ne faut pas rester sur une note négative, me voilà donc reparti vers le Plateau des 1000 Etangs, surnommé “la Petite Finlande” . Après le parking, au bout de quelques centaines de mètres, je commence déjà à chercher la bonne direction. Heureusement que le flyer donné me donne la bonne direction. Mais ce ne faisait que commencer…. A moult reprises, je cherchais mon chemin. Soit la balise était mal positionnée, soit 2 autres parcours parasitaient le circuit choisi, soit la balise était retirée. Bref, ce circuit qui était censé être idyllique devint rapidement l’un des pires de mes 15 jours de vacances. Vraiment dommage car les quelques piétons croisés rencontrés n’ont pas vu la même chose que moi et tous étaient enchantés !

le plus grand des étangs croisés

Après plusieurs errances, je retrouvais grâce à mon GPS le parking où je m’étais garé. Je pouvais donc rejoindre mon camping et rejoindre la soirée prévue. J’ai cru un moment que j’allais devoir dormir sur place !!!

Après cela, dès le lendemain, il était temps de retrouver le Nord. En empruntant les nationales à double voie puis l’autoroute de l’Est et celle qui traverse le Luxembourg et la Belgique (toutes gratuites), je bouclais sans encombre et assez rapidement les 550km qui me séparaient des deux régions.

Certes, j’aurais pu faire d’autres coins vosgiens. J’ai par exemple délaissé Bussang et plein d’autres stations VTT. Cependant, je ne regrette pas mes choix, et la beauté des Vosges, la fraicheur de ses forêts, l’accueil toujours chaleureux de ses habitants font de cette région un bonheur pour les vététistes. Si les divers circuits étaient mieux balisés, cela aurait été presque parfait.

Bon ride à toutes et à tous. En espérant vous avoir fait voyager par procuration et vous avoir donner envie de découvrir cette belle région….

Jean-Louis

PS : Si vous avez également des expériences vosgiennes (ou autres), n’hésitez pas à laisser un commentaire… 😉

Liens vers la partie 1partie 2

Enfin, petite dédicace à mes compagnons de route qui m’ont accompagné durant quasi tous mes déplacements, aussi bien en camping sous la tente que sur les chemins VTT, je peux bien évidemment parler des…. limaces !!! Je n’en ai jamais vu autant… une vraie invasion…. Il faut dire que l’humidité était bien souvent présente et qu’elles adorent ça ces petites bestioles !!!

Be the first to comment on "VTT dans les Vosges (partie 3/3)"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.