Rando VTT du lundi de Pâques à Grenay

Rando manquant à mon palmarès, je décide donc de venir ce lundi de Pâques à Grenay. La météo n’était pas ensoleillée comme ces derniers jours mais il ne pleuvait pas au départ, rien ne pouvait donc m’empêcher d’aller découvrir cette fameuse rando.

Arrivé à Grenay, j’ai eu le tort de ne pas prendre le nom d’une rue pour aller à la salle des fêtes avec mon GPS, pensant que ce serait indiqué.. Hélas, aucun panneau ni aucune flèche du véloclub est présent et en plus,  la ville est un vrai labyrinthe !!! Quasi personne dehors pour nous montrer le bon chemin… Heureusement que des cyclos de Beuvry passaient par là et ont pu guider les quelques voitures égarées…

Départ de la salle

Sur place, je fus accueilli par les 2 nouveaux du VCF : Christophe et Guillaume. Après nous avoir inscrit, il était enfin temps de partir. En sortant de la place, aucune flèche est visible pour nous dire quelle rue prendre… ça commençait fort !!! Au bout de 50m, on voit enfin le premier “G” orange, ouf, on était dans la bonne direction.

Dès le début, le parcours est très sympa avec un passage dans un parc bien agréable où quelques petites grimpettes s’enchainent. Quelques escaliers sont présents et certains seront empruntés à pieds… à cause d’un manque d’élan ou d’un pourcentage trop fort… voire les deux…

certaines montées sont plus hard que d’autres…

Pour Christophe et Guillaume, ce fut l’idéal, les passages pas trop techniques et ma foi assez ludiques nous ont permis de rester quelques kilomètres ensemble. En effet, la bifurcation entre le 35 et le grand parcours se trouvant à mi-parcours, nous avons pu rouler un peu côte à côte dans la première partie.

Les nuages noirs menaçants nous épargneront finalement

Après le parc, nous avons droit à quelques chemins agricoles et une voie verte très agréable car couverte par des arbres qui nous abritaient du vent… qui avait décidé hélas de nous embêter toute la matinée.

Une voie bien abritée

Partant ensemble, je finis par distancer mes acolytes dès le 10ème km. Au premier ravito, je profite de la rencontre d’Alain et Sam (deux amis des randos dominicales) pour me raccrocher à  leur petite troupe. Heureusement que j’étais là car mes deux nouveaux complices s’étaient trompés de route dès la reprise ! Il faut dire aussi que les flèches oranges (comme les “G” de Grenay) du parcours du coeur étaient également présentes sur la route, perturbant le suivi du tracé proposé.

Alain et Sam au premier ravito

Enfin sur la bonne route, direction Loos-en-Gohelle et ses fameux terrils jumeaux (que je ne connaissais pas encore, aucune des nombreuses randos auxquelles j’ai participé m’avait emmené là-bas !)

Sur la route des terrils jumeaux

Avec mes deux nouveaux compagnons de route, le rythme fut cette fois un peu plus soutenu, mais j’ai réussi à tenir (heureusement qu’ils m’ont souvent attendu…) et avec eux, j’ai pu (enfin) découvrir le fameux terril. Arrivés sur place, la pluie (fine) s’invite à notre rando. La montée fut donc rendue un peu glissante mais toujours aussi spectaculaire. Un single dans un sous-bois suivi d’une belle montée nous amènent au sommet du plus haut terril d’Europe.

Single pour accéder au sommet

Et là, j’avoue que le spectacle est grandiose. Dommage que la météo ne soit pas avec nous, mais ça méritait d’y revenir dans de bonnes conditions.

Un très beau point de vue sur la région… mais les nuages gâchent le plaisir du panorama…

Après avoir gravi (difficilement) le sommet, il était temps de descendre. Fort heureusement, j’avais deux guides qui connaissaient bien la “bête” et m’ont fait descendre par un long single alternatif très plaisant et très ludique. Il ne fallait aussi ne pas avoir peur de tomber dans les à-côtés, la pente étant assez raide et la trace très étroite…

Attention à bien suivre la trace !

Ensuite direction Angres et Souchez pour aller gravir les monts qui mènent à ND de Lorette. Sur le tracé des randos de Ste Catherine et Camblain l’Abbé, c’est un coin que j’affectionne beaucoup et que je rencontre une 3ème fois en 3 semaines !!! Mais bon, quand on aime, on ne compte pas !

Cette fois-ci, pas de surprises, je connaissais donc le terrain et j’ai toujours autant apprécié les longues grimpettes suivies de longues et grisantes descentes !

Le paysage change de la semaine dernière à Orchies…

Comme les semaines précédentes, nous avons eu droit à l’interminable montée du côté d’Ablain. A cet endroit, il ne faut que regarder sa roue, et jamais le haut de la côte sous peine d’être découragé et mettre le pied à terre. Comme les dernières fois, j’en ai vraiment bavé à cet endroit mais mes efforts n’ont pas été vains car j’ai une nouvelle réussi là où certains abandonnent…. Par contre, au sommet, il y avait un genre de carrefour où la flèche vers la droite était bien abimée et comme nous n’avions pas vu celles qui avaient été mises en hauteur, nous avons été tout droit (comme à Camblain), du coup nous avons du faire demi-tour au bout d’un petit kilomètre.

Euhhh, plus de flèches au sol… on ne serait pas trompés par hasard… ???

Mais ce n’était pas grave. De retour sur la bonne trace, il était désormais temps de rejoindre Notre-Dame de Lorette, suivie d’une méga descente effectuée à quasi 50km/h… quel pied !!!

ND de Lorette

Le retour à Grenay s’est fait tranquillement, même si le vent et le froid aux doigts s’est fait ressentir… Ensuite, sur place, nous avons tourné et ratourné dans le labyrinthe de la ville pour enfin rejoindre la salle où nous attendaient les traditionnels boisson-sandwich.

La fameuse descente

Même si on s’est un peu trompés sur le retour, tout fut excellent. Pour 2,50€, nous avons eu droit à deux ravitos (légers mais avec les ingrédients indispensables, donc rien à dire pour le prix d’entrée). Le fléchage était par contre à améliorer. On a beaucoup cherché et il manquait surtout des flèches aériennes). Dommage aussi que le fléchage de la rando du coeur était de la même couleur et nous a perturbé dans la première partie.

Concernant le tracé, je l’ai trouvé excellent car il a su marier le terril de Loos et les monts d’Artois. Certains auraient préféré plus de terrils, mais cela aurait augmenté le kilométrage et la seconde partie vers Souchez aurait été tronquée. Entre les parties techniques, des zones plus roulantes permettaient de se reprendre des forces. Une rando donc exigeante pour ceux qui font le grand parcours mais très jouissive pour les plus sportifs d’entre-nous

Trop content d’être venu et merci encore au Véloclub de Grenay pour cette belle matinée (pensez à indiquer la direction de la salle dans la ville et à mettre un photographe sur les parcours… je n’en ai pas vu ce matin sur la 55…)

Jean-Louis

PS : merci encore à Alain et Sam pour la balade 😉

Lien GPS 57 km

Lien Relive

Be the first to comment on "Rando VTT du lundi de Pâques à Grenay"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*